29. janvier 2022 · Commentaires fermés sur Il y a-t-il vraiment une participation citoyenne dans le processus de rénovation urbaine ? · Catégories: Conseils communaux, Urbanisme

Nous transcrivons ici la réflexion émise par notre conseiller communal Philippe Coton lors du conseil communal du 26 janvier 2022 :

« C’est à mon tour Monsieur le Bourgmestre d’avoir été choqué et d’être resté bouche bée lors de la dernière réunion de la commission de la RU. En effet quelle surprise lorsque vous avez déclaré avec un air tellement sincère que vous n’aviez pas connaissance d’un courrier recommandé de Mme Henoumont qui vous était adressé et qui mentionnait déjà qu’il n’était nullement dans son intention de vendre son habitation. C’est bien ce que vous avez déclaré Monsieur le Président de la RU ? J’ai bien entendu n’est pas ? Et pour m’en assurer, j’ai demandé le 16 janvier que cette déclaration soit actée dans le PV de ladite réunion. A ce jour, je n’ai reçu aucune réaction de votre part, ce qui me laisse donc penser que j’ai bien entendu.

Or, un courrier a bien été envoyé, avec accusé de réception, ainsi que d’autres échanges entre vous et cette dame. Difficile à croire, en effet, lorsque l’on sait que l’emplacement du futur centre culturel a été fortement débattu, qu’il était un choix de première importance car de lui dépendait notamment le développement de la place P Nothomb.

Quelle valeur pouvons-nous donc accorder à votre parole puisqu’il apparait clairement que vous avez menti ? (Nous y reviendrons plus loin.)

D’autre part, lors de la dernière réunion de cette commission vous avez insisté sur le fait que cette commission, je vous site : « a un rôle d’avis à remettre au Collège et au Conseil communal ». De quels avis parlez-vous, je ne vois dans ce dossier aucun avis, pas plus que dans les PV’s de réunions de commission, ils reprennent simplement les échanges d’idées et les suggestions émises, certes très intéressantes mais cette manière de faire laisse ainsi toute la liberté au comité d’accompagnement ( Bourgmestre, conseiller en rénovation urbaine, Mr Collard du SPW-DAOV et Mr Schwanen du SPW-Luxembourg, bureau Impact) de définir les fiches à sa guise en sélectionnant dans les idées émises celles qui l’ intéressent pour appuyer son choix.

Ensuite, lors de la dernière réunion, nous étions 17 membres présents : Le secrétaire, 8 politiques dont 6 représentants de votre groupe et seulement 6 citoyens. On a donc constaté que la représentation citoyenne était très faible. Pour rééquilibrer la représentation citoyenne, il a été demandé d’ouvrir cette commission a des membres du collectif représenté par Mr Guillaume qui sont très intéressés pour participer, ou d’au moins remplacer les 2 membres démissionnaires. Vos réponses ne semblaient pas très favorables et vous deviez en parler en Collège ? Est-ce que cela a été fait et quelle est la décision ?

A présent, j’aimerais revenir sur le manque de transparence vis-à-vis de la commission. Il y a eu manifestement une intention de ne pas informer la commission sur le refus Mme Henoumont de vendre son bien. Un autre courrier de Monsieur A Thomas, dénonçant toutes ses inquiétudes quant à la localisation choisie n’a pas non plus été porté à la connaissance de la commission. Si la commission avait eu connaissance de ces éléments, le choix ne se serait sans doute pas porté sur cette localisation. Sur votre site, vous tentez de rassurer les habitants en expliquant ce qu’est une procédure d’expropriation, il est écrit :

« Il faut donc que le bien visé soit crucial dans son acquisition par expropriation, que toute tentative de négociation ait échoue, que l’enquête publique n’ait pas donné d’opposition massive au projet d’expropriation, que l’acquisition du bien soit indispensable et que les alternatives existantes ne soient pas possibles. »

N’y a-t-il pas d’alternatives pour l’emplacement du futur centre culturel ? Personnellement, je vous en propose 3 qui ne nécessiteront pas d’expropriation, ayant chacune leurs avantages et leurs inconvénients :

  1. L’actuel « atelier » des travaux
  2. La maison Vidrequin : je rappelle qu’en début de législature vous nous avez conviés à une réunion extraordinaire pour acheter le maison Lemaire dans le but d’y construire le futur CC.
  3. Pourquoi ne pas raser le SI, ce bâtiment mal conçu ? L’espace alors dégagé, ajouté à celui du bâtiment de la police libèrera une surface suffisante pour une telle construction, non loin de l’espace Bologne puisque cela semble votre priorité. Ou est-ce que le fait de raser un bâtiment communal vous pose un problème ?

Pourquoi, comme pour l’extension du Pachis et la gare des bus, ne pas proposer une alternative ?

Enfin parlons des alternatives que vous nous proposez de voter aujourd’hui :

  1. La gare des bus. Il semblerait que le TEC ne soit pas favorable à la fiche 4 présentée et qu’il faille rapidement trouver une solution. Là aussi, la destruction du SI faciliterait bien les choses, encore une fois n’est-ce pas un bâtiment crucial à détruire ? (D’autre part, si la gare des bus ne voit pas le jour sur le parking du Carrefour, pourquoi ne pas retirer la connexion Place Nothomb- parking carrefour à l’arrière du Pachis ? Elle n’a plus du tout de sens.
  2. L’extension du Pachis. On propose une nouvelle localisation. Mais ni pour la première, ni pour la seconde localisation, l’ASBL n’a été consultée pour connaitre les besoins (même erreur que pour le hall sportif de Marbehan) (24 X 44 m). Si l’infrastructure existante doit être entretenue pour sa proximité avec les écoles, il faut penser à un nouveau site dédié au sport en général comme le prévoit le SDC et c’est sur ce site qu’il faut construire l’extension.
  3. Enfin, concernant la rue Emile Baudrux tantôt à sens unique, tantôt à double sens. On vient d’y refaire les trottoirs. On prévoit de déjà les rénover dans le cas de l’alternative à double sens, mais peut-être qu’il faudra à nouveau les réaménager le jour où l’on passera à sens unique. Ne pensez-vous pas que c’est jeter l’argent du contribuable par la fenêtre ?

Pour conclure,

Le projet de rénovation urbaine avait très bien commencé, des citoyens s’y étaient investis ayant pour buts principaux l’embellissement de la place Nothomb et le développement de la mobilité douce. Si à nos yeux, le second objectif tient encore toutes ses promesses, le premier a vraiment du plomb dans l’aile. Nous en voulons pour preuve les interrogations et inquiétudes des citoyens de la zone concernée. Ce ne sont pas les alternatives proposées qui vont les rassurer. Et encore moins vos promesses les assurant qu’ils ne seront jamais expropriés, lorsque l’on voit toute la valeur que vous accordez à la parole.

Nous votons Non et demandons qu’il soit justifié dans le PV de la manière suivante :

1. Il y a manque de transparence et de considération vis-à-vis de la commission et des citoyens.

2. Nous ne voulons pas cautionner les expropriations prévues dans ce projet.

3. Nous regrettons notre vote positif lors de la première présentation car nous n’avons pas mesuré le réel impact de ce projet sur les biens privés.

4. Nous sommes opposés à la construction d’un nouveau centre culturel ainsi que l’extension du Pachis aux endroits proposés.

 

24. juin 2021 · Commentaires fermés sur Conseil communal du 23 juin 2021 : rénovation urbaine, projet Habitat+ rue de Neufchâteau et écoquartier de Marbehan · Catégories: Conseils communaux, Urbanisme

Rénovation urbaine (Nathalie Monfort) :

Nous sommes heureux de l’avancée de ce projet de rénovation urbaine du centre de Habay-la-Neuve, que nous avons initié en 2016. On peut souligner la qualité du travail réalisé par les citoyens et membres d’associations de la commission ainsi que le travail sérieux du bureau d’étude. Les objectifs dégagés lors des premières réunions ont été respectées :  donner la priorité à l’aménagement de la place Pierre Nothomb, réaménager des espaces verts et promouvoir au la mobilité douce.

Concernant la participation citoyenne, les citoyens membres de la commission ont été très impliqués au niveau des débats et orientations à prendre. La dynamique a évidemment un peu ralenti suite à la covid mais on peut également déplorer que certaines orientations aient été prises en fin de processus par le comité de suivi (qui lui est composé du collège, des administrations communale et wallonne) et annoncées comme évidentes aux citoyens de la commission, sans réelle explication sur le pourquoi de ces décisions. Je vous relate ici notamment la frustration de Philippe qui nous représente au sein de la commission.

Concernant l’espace culturel, l’emplacement proposé se trouve entre la Poste et l’Espace Bologne. Cet emplacement a l’avantage de donner directement sur la place, de bénéficier de la future halle et d’être proche de l’espace Bologne où il y a déjà des activités culturelle. Mais il n’y a à ce jour aucune certitude que la maison Henoumont puisse être achetée par la commune. Quel est le plan B si cet achat n’est pas possible dans un délai assez court ? Nous espérons que ça ne ralentira pas le dossier d’espace culturel. Si le choix s’était tourné sur la maison Vildrequin, il y aurait pas eu ces incertitudes vu que la commune y est propriétaire. Nous espérons aussi que l’espace entre la Poste et l’Espace Bologne n’est pas trop exigu. Il ne s’agit pas, nous l’espérons, de répéter la mauvaise expérience de l’Espace Bologne : annoncer une salle de spectacle et finalement obtenir une salle exiguë et coupée par des colonnes, ne permettant pas d’y organiser de réels spectacles. Ces remarques sont à prendre comme des points d’attention, afin que le futur espace culturel puisse vraiment accueillir toutes les activités de création, d’animation, d’éducation permanente, de spectacle ou encore de production théâtrale. Il est également mentionné dans le dossier que ce Centre culturel se situe « à côté d’un réseau de chaleur potentiel » ? Est-ce correct de l’annoncer alors que vous vous orientez vers une solution de chauffage localisé pour le Pachis ?

Concernant la gare de bus près du Pachis présenté dans la fiche n°4, ce programme est-il vraiment réaliste vu qu’il se base sur l’acquisition de 4 habitations privées rue de la Courtière et rue de la Gare ? Pensez-vous que la commune va pouvoir acheter ces maisons dans les 15 ans à venir ?

De manière générale, nous nous interrogeons sur la prise en compte des contextes plus globaux : l’évolution démographique de la commune a-t-il été pris en compte, tous ces services, bâtiments, mobilité sont-ils conçu pour le Habay de 2040 ? Est-ce bien compatible avec le PCIM et celui-ci ne mériterait-il pas une mise à jour ?

Nous savons que l’on ne peut pas se permettre de reporter ce point, les délais étant imposés. Nous saluons le travail réalisé et espérons que nos remarques seront prises en compte lors de l’évolution de chaque fiche et que ces évolutions seront réellement débattue au sein de la commission.

Habitat+ (Sylvie Fasbender)

 

Pouvez-vous nous dire pourquoi ce point a été reporté et quels sont les changements apportés aujourd’hui, à part l’intitulé qui ne stipule plus que le projet compte 24 appartements ?

La modification d’alignement à un projet d’urbanisme sur cette parcelle est une bonne chose car elle permettra le développement d’une mobilité douce et sécurisée vers le centre.

Mais nous ne pouvons envisager la construction du projet présenté actuellement par la SA Habitat + Concept, tellement il fait unanimité dans la désapprobation : que ce soit au sein de la CCATM, par les groupements de riverains, ou par des manifestations personnelles.

On sait que Habay-la-Neuve est un village qui attire et que la demande en logement y est élevée, c’est du pain béni pour les sociétés immobilières.

Mais ce n’est pas une raison pour y construire des immeubles démesurés : la densité sur cette parcelle serait de 2,5 fois (250%) plus élevée que celle préconisée par le SDC (schéma de développement communale). On ne peut accepter ce gabarit ! Cette densité est justifiée par le fait que les parcelles avoisinantes sont moins denses mais quid de leur liberté de faire un jour un projet aussi ?

Ajoutons à cela de grosses interrogations concernant : la mobilité, l’égouttage, la capacité de parkings (1.5 incluant places publiques au lieu de 2) et leur réalisation, l’esthétique du pignon en venant d’Anlier, le peu d’effort concernant les objectifs que notre commune s’est fixée en adhérant à la convention des maires (pas de panneaux solaires, de système de récupération d’eau de pluie) …

Habay doit grandir, mais de manière harmonieuse et réfléchie. Que répondez-vous à nos remarques et aux remarques des riverains qui se mobilisent contre ce projet ? Avez-vous ou allez-vous négocier avec Habitat+ pour revoir ce projet et mieux l’intégrer ?

Nous votons aujourd’hui la modification d’alignement au niveau de la voirie, nous ne nous opposons pas à cette modification. Mais c’est pour nous la seule occasion de nous exprimer sur ce projet, vu que le permis d’urbanisme sera soumis au collège et pas au conseil. Nous voterons NON.

Ecoquartier de Marbehan (Nathalie Monfort)

Ici aussi, le projet nous est soumis parce qu’une modification de voirie est à approuver par le conseil. Nous rejoignons plusieurs remarques de la CCATM qui demande un accès camion pour les livraisons du commerce depuis l’intérieur du site et pas depuis la rue des Anglières, afin de ne pas couper régulièrement celle-ci à la circulation et également la demande de diminution du gabarit du bâtiment vers la rue des Anglières qui fait 12 m de hauteur.

Concernant le projet dans son ensemble, nous pouvons souligner la qualité du projet sous certains aspects mais nous nous interrogeons sur la dénomination d’écoquartier. Il nous semble que les aspects durables étaient plus ambitieux par le passé. Quels sont les éléments différents dans ce projet par rapport à un lotissement classique ?

Le référentiel « Quartiers durables  » de la Région Wallonne reprend 5 grandes thématiques pour coter un quartier « éco » ou « durable ».

  1. la mobilité et la mixité fonctionnelle
  2. les ressources comme l’ensoleillement et la lumière naturelle, les énergies renouvelables, les matériaux et la réversibilité du projet.
  3. les milieux naturels, l’imperméablisation, les eaux de pluie, les espaces verts et les espèces plantées
  4. les aménagements au niveau équipements collectifs, gestion des déchets, mobilité et équipements pour les vélos, les aspects paysagers et architecturaux.
  5. la mixité fonctionnelle et sociale et la participation citoyenne.

Si nous devions donner des points au quartier de Marbehan d’après ces critères, nous pourrions tenir compte de la proximité de la gare et des services, de l’exposition relativement bonne des toitures, d’un bel espace vert au centre du site, de la mixité fonctionnelle au niveau des bâtiments et des espaces communautaires.

Les auteurs de projet auraient pû aller plus loin dans la démarche (peut-être le feront-ils mais ce n’est pas mentionné dans le dossier). Quid de l’épuration des eaux, des matériaux utilisés, de la réversibilité du projet, du fait que les eaux de pluie et les eaux usées seront collectées séparément ou pas ou encore que les eaux de pluie seront récupérées et réutilisées pour les bâtiments. Aucune information non plus sur la mixité sociale et la participation citoyenne.

Et là, Serge, tu nous informes que « Le chauffage des habitations est prévu au gaz. Je sais que ce n’est pas tout à fait durable, mais c’est mieux que du charbon. ». Le gaz n’est pas une énergie durable, elle est émettrice de CO2. Avec cette information supplémentaire, je ne comprends vraiment pas comment on peut appeler ce quartier « éco ».

Le point qui nous est soumis concerne la création de voiries et comme celles-ci ne sont pas conçues pour que la livraison du commerce se fasse sans encombrer la rue des Anglières, nous voterons NON pour ce point.

26. mai 2021 · Commentaires fermés sur Retour sur le conseil communal du 26 mai 2021 · Catégories: Conseils communaux, Urbanisme

Nous vous présentons l’intervention que Philippe Coton souhaitait faire lors de ce conseil pour le groupe Vouloir sur le point N° 12 de l’ordre du jour, « Demande de permis d’urbanisme sollicitée par la SA HABITAT + CONCEPT pour la construction d’un immeuble de 24 appartements sur des parcelles sises rue de Neufchâteau à 6720 HABAY-la-NEUVE et cadastrées DIV1 section B n°318M et 318L2 : approbation à la modification de l’alignement »

La modification d’alignement à un projet d’urbanisme sur cette parcelle est une bonne chose car elle permettra le développement d’une mobilité douce et sécurisée vers le centre.

Mais nous ne pouvons envisager la construction du projet présenté actuellement par la SA Habitat + Concept, tellement il fait unanimité dans la désapprobation : que ce soit au sein de la CCATM, par les groupements de riverains, ou par des manifestations personnelles.

On sait que Habay-la-Neuve est un village qui attire et que la demande en logement y est élevée, c’est du pain béni pour les sociétés immobilières.

Mais ce n’est pas une raison pour y construire des immeubles démesurés : la densité sur cette parcelle serait de 2,5 fois (250%) plus élevée que celle préconisée par le SDC (schéma de développement communale). On ne peut accepter ! Sans compter que cela diminue le potentiel des parcelles avoisinantes.

Ajoutons à cela de grosses interrogations concernant : la mobilité, l’égouttage, la capacité de parkings (1.5 incluant places publiques au lieu de 2) et leur réalisation, l’esthétique du pignon en venant d’Anlier, le peu d’effort concernant les objectifs que notre commune s’est fixée en adhérant à la convention des maires (pas de panneaux solaires, de système de récupération d’eau de pluie) … et il est clair que nous ne pouvons laisser la moindre chance à ce projet de se réaliser.

Habay doit grandir, mais de manière harmonieuse et réfléchie. Nous sommes heureux que le point ait été reporté pour être revu de manière raisonnable.

25. septembre 2019 · Commentaires fermés sur CCATM – Retour du conseil communal de ce 24 septembre (partie 1) · Catégories: Conseils communaux, Urbanisme

Intervention de Philippe Coton pour le groupe Vouloir :

« Tout d’abord, nous regrettons que cette commission ressemble plus à une commission d’experts qu’à une commission citoyenne comme le veut l’esprit de la CCATM. Nous ne doutons cependant pas que vous avez fait de votre mieux avec les candidatures reçues.

Nous voulons profiter de cet instant pour souligner l’excellent travail réalisé par la CCATM actuelle, dont le souci constant est le développement harmonieux de nos villages. Plusieurs fois, elle a éclairé le collège en résistant à la pression des sociétés immobilières et évitant ainsi que Habay ne devienne un petit « Dubai ».

Au fil des réunions des lignes de conduites se sont dégagées, ce qui permet maintenant d’émettre des avis de plus en plus cohérents. Nous espérons que cette nouvelle CCATM ne va pas enrayer cette dynamique mise en place, et que tout se passera dans la continuité. Il est dommage que le nouveau président ne bénéficie pas de cette expérience. (car non membre de la commission actuelle.)

Enfin, j’en profite pour remercier les membres du bureau : le secrétaire, Pauline de l’administration communale et Anne-Laure, l’actuelle présidente pour leur excellente collaboration et l’esprit qu’ils (elles) ont apporté.

La première pour la facilité avec laquelle elle présente les dossiers et transcrit en jargon technique les avis émis. Et la seconde, pour son côté pédagogique. Dès son arrivée à la présidence, elle a proposé quelques formations concernant les règles d’urbanisme et le CODT. Merci à eux trois pour leur investissement. »

Voici la composition de la nouvelle CCATM :