Malgré un ordre du jour avec seulement 14 points au programme, plus de deux heures de débat ont été nécessaires à nos conseillers pour tenter d’accorder leurs violons. En vain parfois.

1. Un complexe du Pachis serein malgré les travaux

C’est une tradition, monsieur Vanden Berghe, expert-comptable, est venu présenter les comptes de l’ASBL de notre complexe sportif. Des  comptes quelque peu tronqués par les travaux débutés en septembre et donc la fermeture notamment de la piscine. Malgré ce « manque à gagner », c’est avec plus de 20.000 Euros de boni de trésorerie que l’exercice 2016 se clôture. De quoi contenter le président de l’ASBL, Philippe Coton, et bien évidemment notre échevin des finances en partance Pierre Bouillon.

2.  Restructuration des écoles communales

La diminution du nombre d’enfants dans nos 6 écoles communales a contraint le conseil communal à se positionner et aussi à prendre certaines décisions. Et ce malgré la discussion houleuse que le point a engendré. En effet, malgré un vote positif d’une représentante de la minorité à la Copaloc  (Commission Paritaire Locale) qui avait déjà traité du sujet, celle-ci revient de façon surprenante à la charge. Au terme de celle-ci, il a été décidé majorité contre opposition IC que les écoles seront rassemblées en deux entités et plus trois. Hachy et Habay-la-Vieille formeront une « première école », Rulles, Houdemont, Orsinfaing et Marbehan s’associant d’un autre côté. L’objectif est notamment la stabilité des effectifs mais aussi des directions pour un maximum de temps.

3. Accord avec la Province.

La Province du Luxembourg propose aux communes une aide ponctuelle en moyens humains mais aussi matériels afin de devenir encore plus efficaces le cas échéant. Habay n’a pas manqué de franchir ce pas. Un accord et une convention seront donc signés dans les prochains jours entre Habay et la Province allant dans ce sens.

4. La forêt indivise « se débloque » enfin

Pierre Bouillon va-t-il réaliser son dernier coup d’éclat dans quelques jours ? C’est en tout cas ce qu’il espère secrètement. A force d’un combat incessant, l’interminable dossier de la gruerie pourrait en effet trouver un épilogue, du moins en partie avant fin du mois. La commune pourrait en effet retoucher une partie de son dû de l’ordre de plus d’un million d’Euros. Tous les signaux sont au vert. Reste à espérer la signature du ministère des finances.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *